Petit article sur le supposé "gros flop" du projet de fibre optique à Pau dans le dossier de Capital du mois de septembre consacré aux gaspillages des élus locaux :

" Lubie de l’édile : équiper tous les foyers de l’agglomération (150 000 personnes), les entreprises et les administrations d’un énorme réseau en fibre optique pour surfer sur le Net à très haut débit.

Drôle d’idée, puisque le succès de l’ADSL, prédit depuis des années, s’est confirmé : 7,4 millions de Français ont déjà adopté cette solution plus pratique et bien meilleur marché que la fibre optique. Du coup, cette aventure à 30 millions d’euro, dont plus de la moitié financée sur fonds publics (de la ville à l’Europe, tout le monde a mis au pot), fait un flop.

Commercialisé depuis un an, le service n’a attiré que 640 abonnés, dont 80 entreprises. Loin des 3 000 à 4 000 escomptés !"

Passe encore que l’auteur de l’encadré, JB (Jean Botella ?), ne comprenne rien au haut débit et aux enjeux de la fibre optique et trouve l’ADSL "plus pratique et meilleur marché" que la fibre. De mémoire, les Pallois disposent de connexions par fibre à 100 Mbps pour 30€/mois via un modem.

Mais parler du projet d’André Labarrère, le maire de Pau, au côté d’abus d’élus mégalomanes, de gaspillages patents d’argent public ou de scandales financiers (bureau à 18 000 €, 4×4 à 53 000 €, frais de bouches pharaoniques, hôtels de département hyperluxueux) est assez tendancieux. D’abord parce que le retour sur investissement (public et privé) du Pau Braoadband Country ne va pas se juger en quelques mois. Ensuite parce qu’il s’agit d’aménagement pas de dépenses de prestige ou d’avantages personnels.

Ce papier de Capital est un sale coup porté à un projet pilote dans une ville qui a eu l’intelligence d’anticiper sur les besoins à venir. C’est le premier en France et nous sommes très loins de pays étrangers comme la Suède, la Chine, la Hollande ou la Corée du Sud qui ont compris les enjeux de la fibre optique et du très haut débit.

Propager l’idée que la fibre est chère et inutile va évidemment paralyser les autres élus. Pour le plus grand bénéfice des concurrents qui font leur beurre avec la vache à lait de l’ADSL via les fils de cuivre du téléphone.

Certes, dans son projet Pau a un peu oublié l’aspect "formation aux usages" et la pédagogie. Pour entrevoir les bénéfices de la fibre il faut déjà être internaute et anticiper sur ses besoins.

C’est la limite du volontarisme de Jean-Michel (l’inspirateur de Labarrère) ou de Modesto avec qui j’ai échangé sur Zevillage à propos du Wimax. On ne peut pas se contenter de dire "la fibre ou la mort" ou "tirez de la fibre, le reste suivra". Madame Michu, chère à Jean-Michel, ne connais pas l’Internet et vis très bien sans. Ou alors, elle est connectée par ADSL et ne voit pas pourquoi elle achèterait un abonnement "fibre optique". Pour ses usages habituels cela lui suffit parfaitement.

Alors, tirer de la fibre c’est bien mais ce n’est qu’un début. Sinon on risque de faire un flop et d’enterrer le sujet pour 20 ans, une "spécialité gauloise" Jean-Michel n’est-ce pas ? Et puis cela ne résoud pas le problème des zones rurales. Déjà que c’est difficile de monter un projet dans une agglomération de 180 000 habitants, alors vous imaginez dans des campagnes où vivent quelques dizaines d’habitants au kilomère carré !

Décidément, " on est vraiment impayables".

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer