On parle tellement de web participatif ou collaboratif, de travail collaboratif en ligne ou de web 2.0 qu’on ne sait plus trop de quoi il s’agit.

Miguel Membrado, co-fondateur de Netcipia (et de feu Mayetic) fait le point sur une évolution inéluctable qui bouleverse en profondeur les manières de travailler :

 » Le web participatif est donc l’étape ultime en terme d’organisation et de création de valeur. Il va créer ses propres règles, ses propres usages, et nous n’en sommes qu’au début, tout reste à construire. L’entreprise va s’en trouver chamboulée (l’Entreprise 2.0 est à la mode depuis quelques mois) ainsi que la démocratie (Démocratie 2.0, deuis longtemps débattue dans la blogosphère, et peut-être à l’oeuvre dans la vie réelle dans les mois à venir).

Préparez-y vous, car la nouvelle génération a déjà implicitement intégré cette dimension. Et comme pour tout changement de paradigme important, il faut se mettre en situation d’usage pour le comprendre, le faire sien, et pouvoir ensuite en tirer profit. Sinon le risque de rester sur le bord de la route est grand… « 

Ces nouveaux outils sont rapidement adoptés par les utilisateurs qui en délaissent d’autres comme le mail ou le forum. Il ne s’agit pas d’une évolution de vieux outils mais de nouveaux services qui entraînent une mutation profonde.

Mais cette évolution se heurte aux résistances hiérachiques et managériales qui ne comprennent pas toujours ce qui se passe sous leurs yeux par méconnaissance des outils et des enjeux.

Comme l’explique Miguel, la meilleure façon de comprendre ce nouveau web est de se mettre en « situation d’usage ». Une solution à laquelle nous adhérons chez Adverbe.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer