Je sors enfin de ma todolist ce billet d’Eric Dupin pour le bloguer. Si je m’en tiens à la stricte « valeur d’usage » des gestionnaires de tâches, je constate que mon outil le plus efficace est… le papier. Un petit cahier Moleskine noir, format 13 x 21, avec un joli papier ligné légèrement crème.

Certes j’utilise aussi le bloc-notes d’Outlook, celui de Google, en ligne, Backpack et même la todolist de Netvibes. Mais au bout de quelque temps, je finis toujours par devoir faire un noeud à mon mouchoir pour penser à regarder le gestionnaire de tâche en ligne. Une sorte de Web 2.0 assisté.

Mon carnet papier est lui aussi sur mon bureau en permanence et je n’oublie presque plus rien…

Je partage donc la plupart des 10 arguments de Web worker daily cité par Eric :

  1. Ecrire avec un vieux Bic sur un cahier, c’est bon. Ce n’est pas ma motivation principale et je n’aime pas les stylos à bille.
  2. Rien ne bat la mobilité et l’accessibilité d’une note papier. C’est certain. même dans son bain.
  3. Pas besoin de vous tracasser à essayer de synchroniser avec de multiples appareils. Et oui.
  4. Pas de blocage d’accès, pas de problème de compatibilité, pas de souci d’installation avant utilisation. Re.
  5. Un stylo et un papier vous éloignent un peu de votre ordinateur. Je travaille chez moi, à la campagne, alors j’ai déjà des occasions de couper les pont avec le clavier. Mais c’est toujours bon à prendre.
  6. Vous pouvez dessiner des schémas, croquis, mettre de la couleur. Oui, et beaucoup plus facilement qu’avec un stylet sur un écran.
  7. Vous éveillez moins les soupçons de votre entourage avec un papier et un stylo. C’est injuste mais c’est vrai. Cela dit si l’objectif premier est de frimer dans la salle d’embarquement d’un aéroport, revenez au PDA.
  8. C’est si pratique de prendre des notes à la main. C’est bien la raison N°1 en faveurdu papier.
  9. Vous pouvez changer votre modèle de données quand et comme vous voulez. Hé hé.
  10. Les notes manuscrites vous forcent à aller à l’essentiel. Pas certain : le PDA malpratique pousse à la concision.

Et vous, vous êtes plutôt papier ou plutôt Web 2.0 ?

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer