Elle est bien bonne celle-là, relevée dans la conférence de presse de Nicolas Sarkozy d’hier : le financement de la télévision publique, « privée » de publicité, pourrait être assuré

 » par une taxe sur les recettes publicitaires accrue des chaînes privées et par une taxe infinitésimale sur le chiffre d’affaires de nouveaux moyens de communication, comme l’accès à internet ou la téléphonie mobile.

Taxe infinitésimale, on connaît la chanson. Les nouvelles taxes sont toujours minuscules, histoire de faire avaler la pilule. Il suffit ensuite de les augmenter.

La logique de cette proposition est cocasse. Pour financer une télévision sur le déclin, on va taxer les FAI et les opérateurs de mobile, diffuseurs (et producteurs bientôt) en plein développement ?

Et si on taxait les télévisions pour installer la fibre optique chez l’habitant, partout et tout de suite ?

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer