Cette diapositive de PowerPoint censée représenter toute la complexité de la stratégie militaire américaine a fait dire au général MacChrystal : “Quand on aurons compris cette slide nous aurons gagné la guerre”.

Cette diapositive de PowerPoint censée représenter toute la complexité de la stratégie militaire américaine a fait dire au général MacChrystal : “Quand on aurons compris cette slide nous aurons gagné la guerre”.

Xavier de la Porte, producteur de l’émission Place de la Toile sur France culture, se fait l’écho sur InternetActu d’un article d’Elizabeth Bumiller dans le New-York Times sur les nuisances de PowerPoint dans l’armée américaine.

Une analyse qu’on peut sans peine étendre au monde de l’entreprise.

L’article explique comment l’utilisation de PowerPoint a envahi les pratiques des militaires américains. Et a formaté les esprits : « Les hauts gradés disent que derrière les blagues au sujet de PowerPoint, il y a un souci sérieux, celui que le logiciel empêche la discussion, la pensée critique et une prise de décision réfléchie. »

A tel point que les défauts de PowerPoint peuvent cyniquement être mis au service de la langue de bois:

« Les officiers, explique Elizabeth Bumiller, disent que PowerPoint est parfaitement adapté quand le but du briefing est de ne pas donner d’information, comme dans le cas des réunions qui sont organisées pour les journalistes. »

On savait déjà que le mauvais maniement de PowerPoint par abus de slides illisibles, bourrées de bullet points, aboutissait à des exposés soporifiques. Mais nous avions le remède.

On savait aussi, grâce au e-book de Rafi Haladjian, que PowerPoint pouvait nous rendre « beau, riche et intelligent » à bon compte. Mais qu’il contribuait aussi à formater et à unifier la pensée en entreprise.

Certes, comme l’écrit Xavier de la Porte, « PowerPoint est moins la cause que la conséquence d’une vision schématique et simplifiée ». Mais nous avons aussi que les outils et la forme conditionnent la pensée.

Alors, quelle solution ? Interdire PowerPoint ? Le remplacer par « d’autres formes de pensée produites par les réseaux » comme la cartographie ainsi que le propose l’auteur?

En attendant de trouver la solution miracle, vous pouvez déjà préparer des plans avant d’attaquer la réalisation de votre PowerPoint. Ce ne sera donc plus l’outil qui vous imposera sa « structure mentale » ou sa logique.

Vous pouvez aussi adopter Keynote (il ne tourne que sur Mac) à la place de PowerPoint. Moins « raide », il vous permettra de sortir plus facilement du carcan de l’outil.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer