On le sait, les médias de masse souffrent et peinent à prendre le virage numérique. Certains facteurs exogènes connus expliquent ces difficultés (crise, concurrence multimédia, pure players...). Mais beaucoup d’autres problèmes relèvent de la responsabilité des éditeurs eux-mêmes : modèles économiques anciens qui n’évoluent pas, incompréhension de la mutation numérique, réflexes protectionnistes.

Terra Eco est mort

La presse ne pète pas la santé, c’est un truisme. Ces dernières semaines deux magazines de qualité sont morts, Terra Eco et Clés, qui pourtant traitaient de sujets environnementaux et de bien-être plutôt porteurs. Ils n’ont pas trouvé leur place et c’est dommage.

Comme le souligne très bien leur confrère We demain, ces difficultés obligent à innover. Ce qui n’est pas la réaction la plus courante.

Le réflexe serait plutôt protectionniste pour continuer à fonctionner « comme avant » ainsi que le relève cet article. Sous perfusion étatique (ce qui douteux pour la neutralité) et tirant le reste de ses revenus de la publicité (tout aussi douteux pour l’indépendance), la presse d’information essaye de protéger ses revenus publicitaires.

Mauvais choix. L’article décrit le nouveau système anti-bloqueurs de pub installé sur des sites web de quotidien. Double erreur pour l’auteur. Un mépris pour le lecteur de ces journaux qui est en plus complètement inefficace. Il cite d’ailleurs plusieurs outils contre-anti-bloqueurs de pub. On n’augmente pas la stickiness d’un site web par la force.

Le choix de la qualité des contenus

Pendant ce temps-là, le quotidien anglais The Independant annonce arrêter sa version papier pour se consacrer uniquement à une activité en ligne. L’édition papier coûte cher à fabriquer et se vend mal. Passé de 420 000 à 40 000 exemplaires vendus, on comprend que le quotidien anglais choisisse ses 70 millions de lecteurs mensuels numériques !

Mais pour que l’activité numérique soit rentable, il faut produire un contenu de qualité pour lequel le lecteur soit prêt à payer. Payer en acceptant des pubs captives, payer en s’abonnant ou payer en dons. Ce qui se traduit pour Hashtable par  » créer de la valeur en proposant une information trouvée nulle part ailleurs (le lecteur veut cette information-là), soit à différencier le packaging de façon suffisamment remarquable pour que le lecteur se focalise sur cette offre-là et pas une autre« . Et en tout cas pas en publiant «  la resucée maladroite d’une dépêche AFP mise en forme par un stagiaire« .

Notons que l’opposition papier-numérique est neutre dans ce débat. Le choix du Web permet seulement de baisser fortement les coûts de diffusion et ne dispense pas d’un travail sur la qualité. Bien-sûr le numérique possède des avantages comme le lien hypertexte ou le format multimedia. Mais on peut imaginer une stratégie papier de qualité comme l’ont fait la revue XXI ou plusieurs autres mooks (magazine et book).

Les médias qui innovent

Enfin, pour faire vivre la presse il faut, on l’a dit, de la qualité, du contenu original, mais aussi de l’innovation. François Siegel, co-fondateur de We demain explique bien cette stratégie : profiter de l’image de l’expertise et de la confiance créée par [leur] marque pour se « lancer dans des programmes d’édition de numéros spéciaux, de newsletters mais aussi de rencontres favorisant la communication multiforme entre « acteurs du nouveau monde ». D’autres comme Rue 89 ont choisi la prestation de service autour de leur expertise Web ou encore la formation.

Et si l’inspiration manque, on peut toujours lire le rapport de Philippe Couve et Nicolas Kayser-Brill, Médias : nouveaux modèles économiques et questions de déontologie. Il a déjà 6 ans mais c’est une mine d’idées. Ou encore suivre l’activité du très innovant Damien van Achter dans son lab.

De quoi se rassurer : la presse n’est pas morte. Sauf peut-être les médias de masse qui ne sauront pas évoluer.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer